Depuis janvier 2021, plus de 150 000 postes en intérim ont été recrées. L’emploi intérimaire a retrouvé son niveau de 2017.

C’est une bonne nouvelle, car le travail temporaire est un baromètre de l’économie, c’est-à-dire qu’il peut prédire le marché du travail dans les prochains mois. Nous embauchons généralement des intérimaires à la reprise de l’activité, puis CD-isons les salariés. Cette fois, c’est plus aigu, car le marché du travail ne s’est pas effondré. Cependant, il y a toujours une pénurie de main-d’œuvre et le travail temporaire est bien une variable d’ajustement.

Nous avons presque compensé la baisse du marché du travail temporaire l’an dernier. Les emplois temporaires correspondent à 824 636 postes à temps plein.

L’année dernière, en raison de diverses restrictions, nous avons perdu 185 000 postes (ou un quart de nos emplois). Depuis janvier, nous en avons recréé 150 000, ce qui nous ramène au niveau de 2017, une belle performance.

Dans quels secteurs ?

On remarque bien que l’intérim est un miroir de la situation économique Française. En effet, la logistique, avec les camions livrant les entrepôts et les usines, ainsi que le e-commerce, sont les secteurs où les offres d’emploi « explosent » grâce au confinement. Et ce sont logiquement ces secteurs qui voient leur demande d’intérimaires s’accroître : +11,4% depuis janvier. L’économie de 2021 roule à fond !